Avertisseurs de radar: ça y est, c’est fini…


Chers lecteurs et chères lectrices, ça y est, les avertisseurs de radar c’est terminé… D’une part nous ne devons plus les appeler « avertisseurs de radars » mais « assistants d’aide à la conduite ». Et d’autre part ils ne signaleront plus les radars.

Comme je le pressentais, l’AFFTAC a signé un accord avec les représentants du gouvernement vendredi dernier dans lequel ils confirment le fait que leurs appareils ne signaleront plus ni radars fixes ni radars mobiles. Le seul point « positif », et encore à mon avis ça flirte avec l’illégalité, le principe communautaire des appareils est conservé. Donc certaines applications (gratuites, pas les monstres à fric comme Coy**** et consorts) continueront peut être de les signaler ? A suivre…

Quelle déception ! La décision de l’AFFTAC a déçu de très nombreux utilisateurs qui croyaient qu’elle pourrait lutter contre l’avis du gouvernement et garder leur fonction principale (avertisseurs de radars). Qui va avoir envie aujourd’hui d’acheter un appareil plus de 200€, voire de payer en plus un abonnement 50€ par mois pour qu’on lui signale un nid de poule au milieu de la route… Absurde ! Je suis bien content en ce qui me concerne d’être un utilisateur d’une solution gratuite (dont j’avais parlé ici d’ailleurs; voir cet article).

Enfin bref, voici la version romancée bisounours de l’AFFTAC (je me demande encore si ce n’est pas une blague en relisant ce communiqué de presse):

Claude Guéant, Ministre de l’Intérieur, a signé avec les représentants de l’AFFTAC (Association Française des Fournisseurs et utilisateurs de Technologies d’Aide à la Conduite) un protocole d’accord relatif aux outils d’aide à la conduite.

Suite aux décisions prises par le CISR du 11 mai et au travail en commun effectué par le Ministère et les représentants de l’AFFTAC, plusieurs avancées vont être mises en œuvre dans les prochaines semaines conformément aux accords définis par le protocole.

Il a tout d’abord été reconnu que les outils d’aide à la conduite (précédemment appelés avertisseurs de radars) participent aux objectifs de sécurité routière et au renforcement de la pédagogie à l’égard des conducteurs.

Dans ce cadre, les caractéristiques des outils d’aide à la conduite vont évoluer puisqu’ils signaleront désormais à leurs utilisateurs plusieurs typologies d’informations :

– les « sections de voies dangereuses »
– les « points de danger précis »

Les membres de l’AFFTAC se sont engagés à ne plus indiquer la localisation des radars fixes ou mobiles, ainsi que celle des contrôles routiers opérés par les forces de l’ordre.

Les « sections de voies dangereuses » se verront indiquées par 2 sources d’informations : les données accidentogènes issues des services de l’Etat ou les signalements des utilisateurs d’appareils. Ces sections de voies dangereuses représenteront une section de voie d’au moins 4 km sur le réseau autoroutier, d’au moins 2 km hors agglomération et d’au moins 300 mètres en agglomération.

Les « points de danger précis » (un obstacle au trafic : passage à niveau, chaussée rétrécie ; passage dangereux : ponts, tunnels, fortes pentes, virage signalé dangereux ; endroits où se concentrent les publics fragiles : écoles, colonies de vacances, hôpitaux ; sources de danger temporaires : zones de travaux routiers, obstacles, chaussée glissante ou rétrécie, intervention d’exploitation en cours, accidents, embouteillages ponctuels, etc…) pourront faire l’objet d’un signalement à tous les utilisateurs d’appareils.

Il a par ailleurs été décidé que tous les appareils techniquement compatibles diffuseraient dès à présent des messages de prévention routière et les fabricants d’outils d’aide à la conduite se sont engagés à amorcer un travail sur l’hypovigilance en partenariat avec les services de l’Etat.

Afin de faciliter la compréhension de ces changements pour les utilisateurs d’outils d’aide à la conduite, le Ministère et l’AFFTAC ont décidé de créer un Label Professionnel validé par un tiers-certificateur, qui permettra aux utilisateurs et aux distributeurs d’appareils d’utiliser ou vendre des produits conformes à la nouvelle réglementation.

Les fabricants s’engagent à ne plus diffuser, dans un délai de 4 mois, des produits non conformes au présent protocole.

Le Ministère s’est engagé à reconnaître l’AFFTAC comme une organisation représentative des fabricants et utilisateurs de technologies d’aide à la conduite.

L’AFFTAC, par la voix de son Président Loic Rattier s’est déclarée « entièrement satisfait par cet accord avec le gouvernement. Nos produits ne signaleront plus les radars, mais les sections de voies dangereuses. Un point important est que l’utilité du principe communautaire de nos appareils est aujourd’hui reconnue comme un élément clef de la sécurité routière.

Source: http://www.afftac.fr/29-juillet-2011-signature-du-protocole-115

5 Commentaires

Classé dans Divers, News

5 réponses à “Avertisseurs de radar: ça y est, c’est fini…

  1. Bonjour,

    Je vous lis depuis un petit moment mais je pense que sur ce coup là,vous faites fausse route (sans mauvais jeu de mots :-D)

    Le nom diffère mais le système reste le même.
    Au lieu de signaler un radar mobile, l’application vous signalera un autre évènement.(zone dangereuse ou que sais-je)
    Les sociétés comme Coyote (d’ailleurs au passage c’est du 12 Euros/mois), ou Wikango, veulent garder leur clients ce qui est normal, ils sont là pour faire de l’argent.
    Si la fonction principale est supprimée, à savoir le système collaboratif pour s’avertir des radars mobiles, personne n’achètera des bôitiers et ceux qui les auront encore les brûlerons en faisant des incantations.
    Certes les appareils sont payants avec un abonnement à la clé, mais ça reste beaucoup plus précis que les applications iPhone de ces mêmes sociétés ou d’autres appli (Eklaireur, ABE, …).
    Attendons de voir l’évolution mais je pense que l’on a évité l’interdiction pure et simple comme dans certains pays européens.
    Pour Terminer je n’utilise pas Coyote pour emmener Maman et les progénitures à La Baule en plein mois d’Août mais juste pour mon boulot et mes 130000 Kms annuels.

    Bon voila, ceci est mon avis.

    Sinon, en bon geek, je vous suis depuis pas mal de temps via le flux rss de mon Netvibes.

    Continuez comme ça.

    Cordialement

    Cédric/teletuto

  2. kikiwoo

    Bonjour, merci de votre commentaire et d’être abonné 😉

    Je suis d’accord avec vous sur le fond, mais c’est la forme qui me dérange. Que signifie « zone dangereuse » ? Un radar est-il une zone dangereuse ? 🙂
    Je me dis aussi que les radars continueront à être signalés grâce aux communautés d’utilisateurs, mais je me demande si ça le sera réellement…
    D’autre part, imposer des distances d’alertes en/hors agglomération me paraît bien étrange: un GPS de smartphone fera t-il la différence d’un POI signalé en limite d’agglo ?
    Mais bon ce qui me gêne le plus c’est que j’ai l’impression que l’AFFTAC s’est plié sans rechigner; certes ils ont « lutté » (mais grâce à leurs utilisateurs il ne faut pas l’oublier) mais je trouve que, eux aussi, ils ont fait fausse route 😉
    Je tiens aussi à préciser, hors contexte de ce commentaire, que je ne suis pas non plus un anti-radar, je comprends l’utilité de ces appareils; c’est surtout le côté « pompe à fric » qui me dérange, comme beaucoup d’entre-nous d’ailleurs je pense.

  3. Je ne suis pas non plus un anti-radar mais je pense comme vous que, plus le temps passe, plus on essaye de nous pomper du fric par tous les côtés avec un coût de la vie qui ne cesse d’augmenter (oulà!…je m’égare c’est un autre débat…)

    Personnellement, mais je peux me tromper, si mon boitier sonne sur l’autoroute pour me signaler une zone dangereuse (sur 4kms) et que l’information provient d’un utilisateur du même système, je crois à peu près savoir ce que je vais rencontrer durant ces 4Kms.
    Ce sera sûrement un radar mobile et non pas un auto-stoppeur.

    Nous pourrons aussi signaler un danger précis comme par exemple un bouchon, un accident et cie.

    Pour l’histoire des distances en/hors agglo, je ne comprends pas bien.
    Ceci dit avec ces appareils , il est difficile d’avoir une information pertinente dans les grosses villes. (Sur le périphérique parisien, le coyote sonne toutes les 5 secondes! :-D)

    L’utilité de ces appareils aujourd’hui (et je l’espère demain) se trouve surtout sur les grosses nationales et les autoroutes.

  4. kikiwoo

    Oui je suis d’accord.
    Et je trouve que le fait de signaler les dangers de la route (les radars en font partie 😉 ) est primordial pour ce genre d’appareil; je me souviens d’ailleurs en avoir fait/soutenu la suggestion sur le forum mobile d’A Bon Entendeur (ABE) et je trouve cette fonction très pratique ^^
    Tout comme il est bien de pouvoir signaler les bouchons et autres accidents !
    On verra ce que l’avenir nous en dira 🙂

  5. Pingback: Avertisseurs de radar: ça y est, c’est fini… | Jobbr fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s